L’impact des fractures de fragilité liées à l’ostéoporose largement ignoré

Piperina e curuma plus
  • Une nouvelle étude révèle que 61% des femmes âgées de plus de 60 ans connaissent peu ou pas l »ostéoporose,[1] en dépit du fait qu »une femme sur trois risque de souffrir d »une fracture de fragilité imputable à cette maladie[2]
  • Plus de la moitié (55%) des personnes interrogées pensent que les fractures de fragilité chez les personnes âgées sont la conséquence d »une chute ou d »un accident malheureux, plutôt que la conséquence d »une maladie osseuse sous-jacente[1]
  • Plus d »une personne sur 3 (38%) déclare que son médecin ne lui a jamais parlé de l »ostéoporose ou des fractures de fragilité[1]
  • Il faut se demander pourquoi une maladie causant plus de 8,9 millions de fractures chaque année est passée sous silence[2]

Les résultats d »une nouvelle étude dévoilés par UCB aujourd »hui en amont de la Journée mondiale de l »ostéoporose 2018, révèlent un surprenant manque de connaissances et de compréhension liées à l »ostéoporose et aux fractures de fragilité chez les personnes les plus à risque.

Actuellement, une femme sur 3 âgée de 50 ans et plus souffrira d »une fracture de fragilité due à l »ostéoporose.[2] Pourtant, les résultats d »une nouvelle étude portant sur plus de 4 000 femmes âgées de 60 ans et plus indiquent que 61% des personnes interrogées connaissent peu ou pas cette maladie.[1] En outre, 55% des femmes interrogées pensent que les fractures de fragilité chez les personnes âgées sont souvent le résultat d »une chute ou d »un accident malheureux.[1]

69% de ces femmes pensent également que leur fragilité osseuse est une conséquence inévitable de la vieillesse et 70% pense que le risque de fracture de fragilité augmentera inévitablement.[1] Près d »une personne sur 5 (17%) indique qu »elle pense que l »on ne peut pas faire grand-chose pour éviter l »ostéoporose, alors qu »il existe des solutions pour empêcher la perte osseuse et conserver des os solides.[1]

On estime que l »ostéoporose touche 200 millions de personnes dans le monde[3] et qu »elle est la maladie osseuse la plus courante au monde, à l »origine de plus de 8,9 millions de fractures de fragilité chaque année.[2] L »ostéoporose est caractérisée par une diminution de la densité osseuse et de la qualité des os, ce qui rend les os fragiles et augmente le risque de fracture. Pour les personnes souffrant d »ostéoporose, le moindre choc ou la moindre chute peut entraîner une fracture de fragilité. Après avoir souffert d »une première fracture, la probabilité qu »une autre survienne est 5 fois plus élevée dans l »année suivant la fracture.[4]

Alors que la population mondiale est en pleine transition démographique, on estime que la proportion de personnes âgées de plus de 60 ans aura presque doublée entre 2015 et 2050, passant de 12 à 22%.[5] « Les personnes vivent plus longtemps et veulent plus profiter de la vie, pourtant les menaces sur cette espérance de vie sont peu connus », explique Dr Philippe Halbout, Président-Directeur Général de la Fondation Internationale de l »Ostéoporose. « L »impact physique et psychologique de l »ostéoporose et des fractures de fragilité est immense et si elles ne sont pas traitées avec la même urgence que d »autres maladies, leur poids pourrait paralyser les systèmes de santé, la société, les familles et les personnes dans le monde entier. »

Alors que le risque d »ostéoporose et de fractures de fragilité est le plus élevé chez les femmes âgées de 60 ans et plus, 37% des femmes interrogées déclarent que leur médecin ne leur a jamais parlé de ces problèmes.[1] Les résultats ont également révélé que les personnes interrogées comptent sur leur médecin pour les informer sur des sujets importants : 54% des femmes interrogées indiquent qu »elles pensent que leur médecin évoquera les sujets qui leur semblent pertinents,[1] tandis que 32% aimeraient que leur médecin leur donne plus d »informations pour rester en bonne santé sans qu »elles aient besoin de les demander.[1]  

Les fractures de fragilité peuvent avoir un impact important sur la vie d »une personne, rendant souvent les activités courantes, comme manger, s »habiller, faire des courses ou conduire, difficiles.[6] 40% des personnes souffrant d »une fracture de la hanche ne peuvent plus marcher seules et jusqu »à 25% décèderont dans l »année suivant la fracture.[7],[8],[9],[10]

Pourtant, l »étude a également montré que les personnes de plus de 60 ans aiment profiter de la vie et rester actives : 47% prennent souvent des vacances et voyagent dans le monde.[1]

Lorsqu »elles comparent leurs expériences et attentes pour leurs vieux jours à celles de la génération de leurs parents, 85% des femmes interrogées déclarent qu »elles pensent que leur génération s »intéresse plus à leur santé et leur bien-être,[1] 84% s »attendent à vivre plus longtemps et en meilleure santé[1] et 82% ont plus d »attentes pour leurs vieux jours.[1] Malgré ces aspirations, l »ostéoporose et les fractures de fragilité peuvent constituer une menace importante pour une vie active. Si les mesures appropriées ne sont pas prises dès qu »une femme souffre d »une fracture de fragilité, ces aspirations et espoirs pour sa vie future pourrait ne pas se réaliser.

« Les fractures de fragilité affectent une femme sur 3 âgée de 50 ans et plus dans le monde. Pourtant, l »étude montre que les personnes ayant le plus de risque de souffrir d »une fracture de fragilité ne connaissent pas cette maladie et l »impact important qu »elle peut avoir sur leur autonomie et leur qualité de vie », déclare le Dr Pascale Richetta, Head of Bone and Executive Vice President chez UCB. « Il ressort clairement que les personnes âgées de plus de 60 ans profitent aujourd »hui pleinement de la vie et ont de plus grandes aspirations que la génération de leurs parents, il faut donc se demander pourquoi une maladie à l »origine de plus de 8,9 millions de fractures de fragilité chaque année et pouvant représenter un vrai obstacle au vieillissement en bonne santé, est passée sous silence. »

https://mma.prnewswire.com/media/770831/WOD_Survey_Key_Stats_France_1.pdf    

Pour plus d »informations sur l »ostéoporose et les fractures de fragilité, rendez-vous sur le site https://www.ucb.com/disease-areas/Osteoporosis

À propos de l »étude 

UCB, en association avec Harris Interactive Ltd., a interrogé des femmes âgées de 60 ans et plus. L »étude a été effectuée entre août et septembre 2018 dans le cadre d »une initiative ayant pour but d »évaluer les connaissances, les attitudes et le risque perçu sur l »ostéoporose et les fractures de fragilité dans dix grands pays développés : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Suède. 4 504 femmes âgées de plus de 60 ans ont été interrogées en ligne sur l »ostéoporose et les fractures de fragilité. La taille de l »échantillon était de 500 femmes dans la plupart des pays, à l »exception de la Belgique, du Danemark et de la Suède (333 femmes).

À propos d »UCB 

UCB ) est une société biopharmaceutique établie à Bruxelles (Belgique) qui se consacre à la recherche et au développement de nouveaux médicaments et de solutions innovantes destinés aux personnes atteintes de maladies graves du système immunitaire ou du système nerveux central. Employant plus de 7 700 personnes réparties dans environ 40 pays, UCB a généré un chiffre d »affaires de 4,2 milliards EUR en 2016. UCB est cotée sur le marché Euronext Bruxelles (symbole : UCB). Suivez-nous sur Twitter : @UCB_news.

Références 

  1. Harris Interactive. Osteoporosis and Fragility Fracture Risk Survey 2018.
  2. Ström O, Borgström F, Kanis JA, Compston J, Cooper C, McCloskey EV, Jönsson B. Osteoporosis: burden, health care provision and opportunities in the EU: a report prepared in collaboration with the International Osteoporosis Foundation (IOF) and the European Federation of Pharmaceutical Industry Associations (EFPIA). Arch Osteoporos. 2011;6:59-155. doi: 10.1007/s11657-011-0060-1.
  3. Reginster JY, Burlet N. Osteoporosis: A still increasing prevalence. Bone. 2006 Feb;38 (2 Suppl 1):S4-9.
  4. van Geel TA, van Helden S, Geusens PP, Winkens B, Dinant GJ. Clinical subsequent fractures cluster in time after first fractures. Ann Rheum Dis 2009;68:99-102.
  5. OMS, Vieillissement et santé : principaux faits. Disponible à l »adresse (dernier accès : septembre 2018).
  6. Cooper C (1997) The crippling consequences of fractures and their impact on quality of life. Am J Med 103:12S-17S; discussion 17S-19S
  7. International Osteoporosis Foundation. The Global Burden of Osteoporosis. What you need to know, disponible à l »adresse https://www.iofbonehealth.org/sites/default/files/media/PDFs/Fact%20Sheets/2014-factsheet-osteoporosis-A4.pdf (dernier accès : septembre 2018).
  8. Bentler SE, Liu L, Obrizan M, et al. The Aftermath of Hip Fracture: Discharge Placement, Functional Status Change, and Mortality. American Journal of Epidemiology, 2009;170:1290-1299.
  9. Hu F, Jianga C, Shenbc J, et al. Preoperative predictors for mortality following hip fracture surgery: A systematic review and meta-analysis. Injury, 2012; 43: 676-685.
  10. Magaziner J, Simonsick EM, Kashner TM, et al. (1990) Predictors of functional recovery one year following hospital discharge for hip fracture: a prospective study. J Gerontol 45: M101.

Pour de plus amples informations
France Nivelle, Global Communications, UCB
Tél. +32-2-559-9178, france.nivelle@ucb.com

Laurent Schots, Media Relations, UCB
Tél. +32-2-559-92-64, laurent.schots@ucb.com

Scott Fleming, Bone Communications Lead, UCB
Tél. +44-7702-777378, scott.fleming@ucb.com

BRUXELLES, October 18, 2018 /PRNewswire/ —

Utilizzando il sito, accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra. maggiori informazioni

Questo sito utilizza i cookie per fornire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o cliccando su "Accetta" permetti il loro utilizzo.

Chiudi